Pèlerinage et Battlefield tours après la guerre

A l’issue de la guerre, alors que les armées n’ont pas encore complètement quitté les anciennes zones de front, des hommes et des femmes s’y rendent en pèlerinage ou pour visiter les champs de bataille. Deux types de publics se côtoient donc dans ces paysages détruits où peu d’infrastructures existent pour les accueillir. Les organismes se multiplient alors pour permettre aux familles et aux touristes d’organiser leur venue.

En Grande-Bretagne, la Saint Barnabas Society est fondée en 1919 pour aider les endeuillés à se rendre sur la tombe de leur proche. Elle organise notamment des pèlerinages de groupes, dont le coût est moins élevé que pour un déplacement individuel. Elle permet ainsi aux plus pauvres de pouvoir se recueillir sur le continent. En France, à partir de 1921, des voyages annuels gratuits sont organisés pour les proches des combattants décédés.

Parallèlement, le tourisme de champ de bataille se développe. Outre, la création de guides de voyage, tels ceux de la société française Michelin, des circuits sont mis en place. L’Anglais Thomas Cook organise des séjours dès 1919. D’autres sociétés voient rapidement le jour et des tensions entre pèlerins et touristes se manifestent. Il est constamment rappelé à ces derniers l’importance de respecter les lieux qu’ils visitent.

Loading, please wait...
  • Saint Barnabas Pilgrimage, 1924, livre, coll. Linge © P&K Linge

    Ce livre évoque l’un des pèlerinages organisé par la Saint Barnabas Society pour les familles des soldats britanniques morts lors de la Grande Guerre.

  • Trois ouvriers chinois et leur officier pose avec l’un des premiers « touristes des champs de bataille » devant les ruines de la Maison Van der Mersch à Ypres, 1919, photographie, In Flanders Fields Museum, Ypres

    La femme représentée ici est l’un des premiers touristes des champs de bataille. Elle pose avec un officier britannique et des travailleurs chinois, dont l’une des missions principales à l’issue de la guerre est de nettoyer les champs de bataille des corps et munitions non explosées.

  • Un groupe en visite dans l’Aisne, première moitié du 20e siècle, photographie, Archives départementales de l’Aisne – côte FRAD002 22 Fi

Saint Barnabas Pilgrimage, 1924, Empire pilgrimage, scottish pilgrimagetrois ouvriers chinois et leur officierun groupe en visite dans l’Aisne