Un Empire en guerre

A la veille du conflit, la Grande-Bretagne est toujours considérée comme la première puissance navale au monde. Elle dispose par ailleurs d’un vaste empire colonial s’étendant sur près de 30 000 000 de km² et comptant 250 millions d’habitants. Constitué de dominions [Etats disposant d’une autonomie au sein de l’Empire britannique (Canada, Inde, Australie, Nouvelle-Zélande, Afrique du Sud, Terre-Neuve…)], de colonies et de petits territoires sous protectorat, cet Empire britannique va très largement contribuer à l’effort de guerre allié durant les quatre années du conflit. Parmi ces contrées souvent lointaines, le Canada, l’Australie et l’Inde apportent assurément la part la plus importante au dispositif militaire britannique. D’autres, comme la Nouvelle-Zélande ou l'Afrique du Sud, renforcent également les rangs de l’armée. Au total, l’apport humain du Commonwealth entre 1914 et 1918 est estimé à environ 950 000 hommes.

Au-delà de cet aspect purement démographique, le concours financier et matériel des territoires britanniques d'outre-mer mérite également d’être souligné. Il se traduit par l'importation de marchandises mais aussi la production d'armes et de munitions. L’unité de l’Empire britannique se poursuit tout au long de la guerre et contribue largement à la victoire des armées alliées. Au travers de leur participation au conflit, certaines populations de l'Empire, comme au Canada ou en Australie, vont se forger un véritable sentiment d’identité nationale.

Loading, please wait...
  • Caron Achille (1888-1947), Portrait d’un soldat australien, premier quart du 20e siècle, plaque de verre, © Musée Quentovic – Ville d’Etaples-sur-Mer

    Les soldats australiens, aussi surnommés « Diggers », sont reconnaissables à leur « slouch hat » (chapeau mou aux larges bords) dont le revers gauche est retroussé vers le haut. Avec les « Kiwis », surnoms donnés aux combattants Néo-Zélandais, ils forment l’ANZAC, l’Australian and New Zealand Army Corps.

  • Caron Achille (1888-1947), Portrait d’un soldat canadien, premier quart du 20e siècle, plaque de verre, © Musée Quentovic – Ville d’Etaples-sur-Mer

    Le Canada et Terre-Neuve ont fourni environ 600 000 hommes durant ce conflit. Ceux-ci se sont illustrés à plusieurs reprises : les Terre-Neuviens à Beaumont-Hamel (Somme) en juillet 1916 et Masnières (Nord) en novembre 1917 ; les Canadiens à Vimy (Pas-de-Calais) en avril 1917.

  • Caron Achille (1888-1947), Portrait d’un soldat écossais, premier quart du 20e siècle, plaque de verre, © Musée Quentovic – Ville d’Etaples-sur-Mer

    Achille Caron est un photographe Etaplois très actif pendant la Grande Guerre. En dehors du kilt porté par les Highlanders, soldats originaires du nord de l’Ecosse, les troupes venues de ce pays sont reconnaissables à leur coiffe traditionnelle, le Glengarry.

  • Soldats indiens, 1915, photographie, Musée Rodière, Montreuil-sur-Mer

    Cette photographie a été prise en 1915 sur les remparts de Montreuil-sur-Mer. A cette date, la ville abrite un hôpital militaire spécialement affecté aux combattants indiens. Ceux-ci se sont illustrés à plusieurs reprises lors des combats, notamment à Festubert (novembre 1914) et Neuve-Chapelle (mars 1915) dans le Pas-de-Calais.

portrait d’un soldat australienportrait d’un soldat canadienportrait d’un soldat écossaissoldats indiens sur les remparts de Montreuil-sur-Mer