L'exode des belges et des français

Entre août 1914 et le printemps 1915, quelques 684 000 Français auraient fui devant l’ennemi. Au total, ce sont plusieurs millions de Français et de Belges qui ont été déplacés pendant le conflit. Ces chiffres ne concernent toutefois que le front occidental. D’autres civils en Italie ou sur le front Est ont également dû fuir les zones de combat.

Des témoins et auteurs de l’époque racontent cet exode :

- « De longs cortèges de fuyards (…), chargés de paquets informes, l'air égaré (…)» Maxence Van der Meersch, Invasion 14.

- « (…) ce lamentable exode comprend tous les véhicules imaginables, chargés à déborder de mobilier, de linge, d'enfants et de vieillards ; les plus valides suivent à pied (…)» Mme Brunehant, Aisne.

- « (…) quand (…) on apprit que le maire (…) avait fui – c'est un vieil Alsacien qui opta pour la France en 70.(…) – les gens s'affolèrent, surtout après avoir lu la proclamation du Conseil municipal déclarant (…) qu'il fallait s'attendre à voir les envahisseurs dans la ville et recommander à tous le calme et le sang-froid (...) le bruit d'une déroute se répandait. C'était 70 de nouveau ! » Mme Varlet, Aisne.

Loading, please wait...
  • Exode 1914, © Agence Point de Fuite

    Les flux les plus nombreux partent des communes proches des combats ou situées sur les grandes routes et sont dirigés vers les grands ports de la Mer du Nord. A Dunkerque, plus de 10 000 réfugiés quittent la ville par bateau. 50 000 personnes quittent Calais. Beaucoup d’habitants des régions envahies se dirigent également vers Paris d’où ils repartent vers la moitié ouest de la France.

  • Réfugiés belges dans le Nord, août-septembre 1914, carte postale, coll. Archives départementales du Nord Lille France – Cote 30 Fi 14-18/13

  • Réfugiés belges arrivant rue Faidherbe à Lille, 1914, photographie imprimée, coll. Archives départementales du Nord Lille France – Cote 30 Fi 14-18/12

    Les civils jetés sur les routes par l’avancée des troupes allemandes gênent considérablement la montée des soldats français vers le nord. Les routes sont en effet encombrées des véhicules, charrettes ou automobiles, utilisés par les réfugiés pour emmener leurs biens loin des combats.

carte des flux de réfugiésRéfugiés belges dans le Nordréfugiés belges arrivant rue Faidherbe à Lille