Pendant la Première Guerre mondiale, les armées françaises et britanniques mobilisent des millions d’hommes : combattants, ingénieurs, médecins, mais aussi ouvriers. L’ampleur prise par la guerre oblige en effet les alliés à rechercher toujours plus de bras pour participer à l’effort de guerre.

Quelque 140 000 Chinois ont ainsi été recrutés dans leur pays à partir de 1916, ont traversé le globe et sont venus travailler en France et en Belgique. Placés sous commandements britannique et français, ils sont arrivés en Europe début 1917, pour les premiers. Ils ont alors travaillé sur des chantiers ferroviaires, dans des ports, dans des usines d’armement, mais aussi dans des zones parfois très dangereuses, car proches du front. A la fin de la guerre, ils participent au nettoyage des zones bouleversées par les combats et à la reconstruction. Pour ces travailleurs venus de Chine, le quotidien, c’est aussi la mort.