La Chine au début du 20e siècle

A partir du 19e siècle, la Chine perd peu à peu son pouvoir. Les puissances occidentales font pression sur l’empereur et obtiennent de lui la location de plus en plus de terres et de ports stratégiques. Ces privilèges donnés aux étrangers créent de plus en plus de tensions au sein de la population chinoise. Celle-ci se révolte d’ailleurs à la charnière des 19e et 20e siècles. C’est la « Révolte des Boxeurs » pendant laquelle les Chinois mènent un combat contre tout ce qui est occidental, moderne et progressiste. Les puissances étrangères réagissent à cette violence par une expédition punitive militaire, qui fait également payer un lourd tribut à la Chine. L’emprise des pays occidentaux n’en est que renforcée.

Outre l’influence des Européens dans le domaine économique, les intérêts religieux ont aussi un rôle à jouer. Les missionnaires exercent leur influence par la création et la gestion d’établissements pédagogiques.

En 1911, l’Empire chinois fragilisé s’écroule et, en 1912, le charismatique Sun Yat-sen proclame la République, dont il devient le président. Cependant, après quelques mois, il est contraint d’abandonner la présidence au général Yuan Shikai. Sous son régime caractérisé par la violence, les commandants en chef de l’armée et les révolutionnaires s’emparent du pouvoir dans les provinces chinoises. Ils gouvernent en dictateurs.

Loading, please wait...
  • Rue principale de la concession belge à Tianjin avec, à droite, le bâtiment de l’administration belge, 20 avril 1907, photographie, Archives diplomatiques, Bruxelles

    Chine, 1916 : la vie quotidienne est rude et monotone, il règne une terrible misère. Pour un jeune homme, les perspectives sont rares.

  • Peking and Tientsin Times, 1er août 1914, journal, In Flanders Fields Museum, Ypres

    Ce journal était lu par de nombreux Britanniques séjournant en Chine, dont beaucoup firent plus tard partie du Chinese Labour Corps (CLC). Il rappelle combien la présence d’Occidentaux était importante au début du 20e siècle dans ce pays.

  • Couverture du livret de propagande catholique « Histoires chinoises du Père Lebbe » rédigé par Vincent Lebbe et édité à Louvain, livre, In Flanders Fields Museum, Ypres

    Parmi les missionnaires qui se sont intégrés dans une commune chinoise et y ont eu beaucoup d’influence, citons Vincent Lebbe, originaire d'Ypres. Il rejoint l’intelligentsia locale dans sa résistance face aux Français, et devient ainsi l’un des responsables de la montée du mouvement de protestation chinois contre les Français.

rue principale de la concession belge à Tianjinjournal, Peking and Tientsin Timeslivret de propagande catholique rédigé par Vincent Lebbe