En marche

Durant la Grande Guerre, les soldats sont souvent acheminés vers leur position par le train. Néanmoins, la marche demeure le mode de transport principal. Il n’est pas rare que les soldats effectuent plusieurs dizaines de kilomètres à pied par jour, chargé de leur barda, qui peut peser jusqu’à 25 kilos. Lorsque les troupes changent de secteur, elles forment des colonnes de marche de plusieurs kilomètres et en fonction de la distance à parcourir, elles peuvent rejoindre leur destination par étapes, en deux ou trois jours.

Pour certains soldats toutefois, la marche n’est pas le seul moyen de locomotion. Ainsi, les escadrons de cavalerie sont encore très nombreux au début du conflit. Toutefois, cette guerre d’un genre nouveau les met peu à peu au second plan, le cheval se cantonnant de plus en plus à un outil de communication ou de logistique (transport de matériel ou de nourriture, par exemple).

Enfin, d’autres soldats encore, les chasseurs cyclistes, se déplacent en bicyclette. Ils peuvent ainsi parcourir de 60 à 100 kilomètres par jour. La « bicyclette Gérard », notamment, a été utilisée par les troupes françaises. Inventé par le capitaine Gérard en 1893, elle a la particularité de pouvoir être repliée et d’être ainsi portée sur le dos de son propriétaire.

Loading, please wait...
  • Fantassins allant aux lignes, premier quart du 20e siècle, photographie, © Cassel, musée départemental de Flandre

  • « Bicyclette » Gérard, photographie publiée dans « L’histoire de la locomotion terrestre. Locomotion naturelle. L’attelage, la voiture, le cyclisme. La locomotion mécanique. L’automobile », 1936, Archives départementales des Yvelines - côte In-4°1756

    Inventée par le capitaine Gérard en 1893, cette bicyclette a la particularité de pouvoir être repliée roue contre roue en 35 secondes et de se porter sur le dos. Elle pèse 11 kilos et est fabriquée en 1 000 exemplaires à l’automne 1914.

  • La bataille de Picardie. Cyclistes et cavaliers attendant des ordres, premier quart du 20e siècle, photographie, coll. Historial de la Grande Guerre, Péronne

    Les soldats équipés de bicyclette, appelés chasseurs cyclistes, peuvent parcourir de 60 à 100 km par jour.

fantassins allant aux lignesbicyclette GérardFrance – Bataille de Picardie. Cyclistes et cavaliers attendant des ordres.